Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 00:34
auteur né une année en 9 :
tn Ruisseau2jardin du Stangalar à Brest photo Jalm cliquez sur l'image

Les ruisseaux respectent leurs rives,
Et leurs naïades fugitives
Sans sortir de leur lit natal,
Errent paisiblement et ne sont point captives
Sous une prison de cristal.
Tous nos oiseaux chantent à l'ordinaire,
Leurs gosiers n'étant point glacés ;
Et n'étant pas forcés
De se cacher ou de se taire,
Ils font l'amour en liberté.
L'hiver comme l'été.

Jean RACINE   (1639-1699)
extrait de "A monsieur Vitart"

Repost 0
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 00:59
auteur né une année en 9 :
tn Gardelac de Garde photo Jalm cliquez sur l'image

L'Astre doré qui sort de l'onde,
Promet le plus beau jour au monde,
Que puissent choisir nos désirs :
Tout rit à sa clarté première,
Qui semble apporter les plaisirs
En nous apportant la lumière.

Honorat de Bueil, seigneur de RACAN (1589-1670)
extrait de "Choeur des jeunes bergers"


Repost 0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 00:29
auteur né une année en 9 :
tn CanovaPsyché et Eros de Canova musée du Louvre photo Jalm cliquez sur l'image

Qu'est-ce qu'amour ? est-ce une quinte essence ?
Est-ce un démon ? est-ce un tyran, un roi ?
Est-ce une idée ? est-ce un je ne sais quoi ?
Est-ce du ciel quelque sourde influence,

Que j'alambique et qui me tient en transe,
Qui me rend serf, qui me donne la loi,
Qui me ravit, qui me dérobe à moi,
Qui fait que vieil je demeure en enfance ?

S'il est sans yeux, dont vient qu'il vise droit ?
Enfant, qui fait qu'en mon coeur on le voit ?
S'il est ailé, pourquoi n'est-il volage ?

Dont vient, hélas ! que cet oiseau maudit
Obstinément a fait de moi son nid,
Dès mon printemps jusqu'au froid de mon âge ?

Etienne PASQUIER (1529-1615)

Repost 0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 00:16
auteur né une année en 9 :
au parc oriental de Maulévrier, photo Jalm cliquez sur l'image

Je suis le temple vide où tout culte a cessé
Sur l'inutile autel déserté par l'idole ;
Je suis le feu qui danse à l'âtre délaissé,
Le brasier qui n'échauffe rien, la torche folle...

Marie NIZET   (1859-1922)
extrait de La torche

Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 00:42
auteur né une année en 9 :
bovins des Highland à Plougastel-Daoulas photo Jalm cliquez sur l'image

Comme la lande est riche aux heures empourprées,
Quand les cadrans du ciel ont sonné les vesprées !

Quels longs effeuillements d'angélus par les chênes !
Quels suaves appels des chapelles prochaines !

Là-bas, groupes meuglants de grands boeufs aux yeux glauques
Vont menés par des gars aux bruyants soliloques.

La poussière déferle en avalanches grises
Pleines du chaud relent des vignes et des brises.

Un silence a plu dans les solitudes proches :
Des Sylphes ont cueilli le parfum mort des cloches.

Quelle mélancolie ! Octobre, octobre en voie !
Watteau ! que je vous aime, Autran, ô Millevoye !

Emile NELLIGAN   (1879-1941)

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 00:10
auteur né une année en 9 :
à Guipavas photos Jalm cliquez sur l'image

La feuille flétrie

Pourquoi tomber déjà, feuille jaune et flétrie ?
J'aimais ton doux aspect dans ce triste vallon.
Un printemps, un été furent toute ta vie,
Et tu vas sommeiller sur le pâle gazon.

Pauvre feuille ! il n'est plus, le temps où ta verdure
Ombrageait le rameau dépouillé maintenant.
Si fraîche au mois de mai, faut-il que la froidure
Te laisse à peine encore un incertain moment !

L'hiver, saison des nuits, s'avance et décolore
Ce qui servait d'asile aux habitants des cieux.
Tu meurs ! un vent du soir vient t'embrasser encore,
Mais ces baisers glacés pour toi sont des adieux.

Elisa MERCOEUR   (1809-1835)


Repost 0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 00:01

If

auteur né une année en 9 :
Le comte de Monte-Cristo fut emprisonné au château d'If, cliquez  sur l'image

Le château d'If

Nous fûmes donc au château d'If.
C'est un lieu peu récréatif.
Défendu par le fer oisif
De plus d'un soldat maladif,
Qui, de guerrier jadis actif,
Est devenu garde passif.
Sur ce roc taillé dans le vif,
Par bon ordre on retient captif,
Dans l'enceinte d'un mur massif,
Esprit libertin, coeur rétif
Au salutaire correctif
D'un parent peu persuasif.
Le pauvre prisonnier pensif,
À la triste lueur du suif,
Jouit, pour seul soporatif,
Du murmure non lénitif
Dont l'élément rébarbatif
Frappe son organe attentif.
Or, pour être mémoratif
De ce domicile afflictif,
Je jurai, d'un ton expressif,
De vous le peindre en rime en if,
Ce fait, du roc désolatif
Nous sortîmes d'un pas hâtif,
Et rentrâmes dans notre esquif,
En répétant d'un ton plaintif,
Dieu nous garde du château d'If !

Jean-Jacques LEFRANC DE POMPIGNAN (1709-1784)

Repost 0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 00:44
auteur né une année en 9 :

Alexandre et Héphaestion Véronèse National Gallery, cliquez sur l'image

Qu'atteste leur masse insensée ?
Rien qu'un néant ambitieux :
Mais l'ouvrage de la pensée
Est immortel comme les dieux.
Le temps a soufflé sur la cendre
Des murs qu'aux rives du Scamandre
Cherchait l'ami d'Éphestion ;
Mais quand tout meurt, peuples, monarques,
Homère triomphe des Parques
Qui triomphèrent d'Ilion.

Ponce Denis Écouchard LEBRUN-PINDARE   (1729-1807)

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 00:07
auteur né une année en 9 :

sainte Barbe église d'Ouessant photo Jalm, cliquez sur l'image

A la sainte, martyre et vierge,
Et de son sexe l'ornement,
Vous allez porter un cierge
Et la prier dévotement

De garder le bleu turquoise
A vos yeux plus bleus que l'azur,
Et la couleur d'une framboise
A votre bouche au dessin pur ;

De conserver pour les noisettes
Vos dents de perle et de granit,
Et d'élargir les deux fossettes
Où votre rire a fait son nid ;

Sur vos yeux bleus de clématite
D'embroussailler vos cheveux blonds,
Et de rester toujours petite
Pour qu'ils vous tombent aux talons ;

De vous garder l'âme naïve,
Le coeur tendre et l'esprit flottant,
Pour passer ainsi que l'eau vive
Qui passe toujours en chantant !

Eugène LE MOUËL   (1859-1934)


Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 00:39
auteur né une année en 9 :

d'après la nouvelle d’Anatole Le Braz  par le trio François Debois (scénario), Sandro (dessin), Christophe Lacroix (couleur) aux éditions Soleil Productions 2007, cliquez sur l'image

A Maggie

Octobre m'apparaît comme un parc solitaire :
Les mûres frondaisons commencent à brunir.
Et des massifs muets monte une odeur légère,
Cet arôme plus doux des fleurs qui vont mourir.

L'étang, les yeux voilés, rêve, plein de mystère,
Au fantôme ondoyant de quelque souvenir ;
Une langueur exquise a pénétré la terre,
Le temps même a plié son aile pour dormir.

Le ciel, plus imprécis, fait l'âme plus profonde.
On sent flotter en soi tout le passé du monde
Et, secoué soudain d'un grand frisson pieux,

L'on croit ouïr au loin des rumeurs sibyllines,
Tandis que, dans la pourpre ardente des collines.
Semble saigner encor le sang des anciens dieux.

Anatole LE BRAZ   (1859-1926)


Repost 0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg