Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 00:46

auteur née une année en 0 :

tn StGuénaël

chapelle saint Guénaël à Lanester photo Jalm, cliquez sur l'image

 

A Marceline Desbordes-Valmore

Oh ! laissez-moi vous parler d'elle !
Elle est soeur de mon âme et d'un écho touchant
Palpite encore en moi sa langue maternelle ;
Je l'aime ! elle est du coeur le plus tendre modèle,
Quand j'étais à l'aurore, elle était mon couchant,
Et lorsque mon rayon fut béni par sa gloire,
Je l'ai chantée ; elle aime mon encens !
Aujourd'hui son beau nom reste dans ma mémoire !
Puisse son souvenir conserver mes accents !

Hermance LESGUILLON, née Sandrin (1810-?)


Repost 0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 00:56

auteur né une année en 0 :

tn Rainbow

dans la baie du Mont Saint Michel photo Jalm, cliquez sur l'image

 

En guise d'arc en ciel, le dimanche matin,
Neufiesme jour d'octobre apparut une dame :
Son oeil estoit si clair que de sa vive flame,
Il eut pu faire fondre un roc diamantin.

Tout le peuple flechit son courage mutin
Esprit de grand' merveille, et jetta l'oeil et l'ame
Bien hautement en l'air ou l'horison s'enflamme,
De ceste impression que formoit le destin.

Un soleil jeune et beau, malgré l'obscure nue,
En riant luy monstroit sa face revenue,
Apres avoir long temps autre part esclairé :

Il luy communiqua ses lumieres plus belles
Il borda son habit des couleurs naturelles,
De vert, de rouge brun, de jaune et d'azuré.

Guillaume LE BRETON (1550-?)


Repost 0
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 00:25

auteur né une année en 0 :

tn Onde retenue de la rivière du Costour photo Jalm, cliquez sur l'image

 

L'onde n'a plus le murmure ,
Dont elle enchantait les bois ;
Sous des rameaux sans verdure.
Les oiseaux n'ont plus de voix ;
Le soir est près de l'aurore,
L'astre à peine vient d'éclore
Qu'il va terminer son tour,
Il jette par intervalle
Une heure de clarté pâle
Qu'on appelle encore un jour.

Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)
extrait de Pensée des morts

 

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 00:31

auteur né une anée en 0 :

tn MamieLoujardin de Mamie Lou en septembre, photo Jalm, cliquez sur l'image

 
Le sage aime la paix et la douceur des plantes,
Leurs regards féminins et leur sérénité,
Et le sage aime aussi les bêtes nonchalantes
Qui dorment près de lui dans l'immobilité.

Le soir, quand il succombe au lourd poids de la vie,
Qu'il est las de penser et de rêver toujours,
Il va parmi les bois, et sa tristesse envie
Les fleurs qui vont s'ouvrir à de calmes amours.

Car Dieu semble n'avoir créé dans notre tête
Que stériles tourments et vaine activité,
Réservant ici-bas pour la plante et la bête
Le calme bienheureux de la passivité.

 Jean LAHOR   (1840-1909)

 

Repost 0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 00:52

auteur né une année en 0 :

 tn Cornemuse

festival interceltique de Lorient photo retouchée Jalm, cliquez sur l'image

 

 Non, non, ma pauvre cornemuse,
Ta complainte est pas si oiseuse ;
Et Tout est bien une méprise,
Et l'on peut la trouver mauvaise ;

Et la Nature est une épouse
Qui nous carambole d'extases,
Et puis, nous occit, peu courtoise,
Dès qu'on se permet une pause.

Eh bien ! qu'elle en prenne à son aise,
Et que tout fonctionne à sa guise !
Nous, nous entretiendrons les Muses.
Les neuf immortelles Glaneuses !

(Oh ! pourrions-nous pas, par nos phrases,
Si bien lui retourner les choses,
Que cette marâtre jalouse
N'ait plus sur nos rentes de prise?)

Jules LAFORGUE (1860-1887)


Repost 0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 00:49

auteur né une année en 0 :

tn Cerf manteau de cheminée château de Pontivy photo Jalm, cliquez sur l'image

 

Le Cerf que le veneur relance au bois sauvage
Void un fleuve, s'y jette, nage et gaigne le bord.
Christ poursuivy de Juifs, nage aux eaux de la mort,
Les passe, et vient surgir à l'immortel rivage.

Le Cerf hayt le serpent, l'attaque, le ravage,
Le mord et l'engloutit : Christ mortellement mord
Le serpent qui fournit à la mort son breuvage
Cette mort engloutit, et destruict son effort.

11 a (pour ce qu'il est le vivant et la vie)
Cette mort devorée à son estre asservie,
Comme l'estomach change en lait son aliment.

A ce victorieux la trompe prophetique
Comme au Cerf matineux a chanté son Cantique
Et nous semond fidele au mesme compliment.

Jean de LA CEPPÈDE (1550-1623)


Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 00:50

auteur né une année en 0 :

tn breuriezau breuriez de la fontaine blanche à Plougastel-Daoulas photo Jalm cliquez sur l'image

 

J'ay tant vescu, chetif, en ma langueur,
Qu'or j'ay veu rompre, et suis encor en vie.
Mon esperance avant mes yeulx ravie,
Contre l'escueil de sa fiere rigueur.

Que m'a servy de tant d'ans la longueur ?
Elle n'est pas de ma peine assouvie :
Elle s'en rit, et n'a point d'aultre envie
Que de tenir mon mal en sa vigueur.

Doncques j'auray, mal'heureux en aymant,
Tousjours un coeur, tousjours nouveau torment,
Je me sens bien que j'en suis hors d'alaine,

Prest à laisser la vie soubs le faix :
Qu'y feroit on, sinon ce que je fais ?
Piqué du mal, je m'obstine en ma peine.

Etienne de LA BOETIE   (1530-1563)


Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 00:19

auteur né une année en 0 :

tn Mont2la baie du Mont St Michel sous l'orage photo Jalm, cliquez sur l'image

 

A la merci des vents, des flots, et de l'orage,
Je vogue sur la mer de peine et de douleur,
J'ai pour pilote amour, pour fanal le malheur,
Pour compagnon les pleurs, les regrets et la rage.

Les vents des espoirs vains m'éloignent du rivage,
L'Amour me vend aux vents et sous belle couleur
De me prêter son aide, il s'aide de la leur
Pour me rompre mon mât, ma voile et mon cordage.

Hélas ! puisque tu vois que ce pilote, au lieu
De me guider, m'abîme, et qu'il n'a foi de Dieu,
De pilote, ni d'homme, exauce ma requête.

Diane, venge-moi, lance-lui de tes yeux
Un trait aigu, meurtrier, cruel et furieux,
Lors surmonterons-nous Amour et la tempête.

Isaac HABERT (1560-1615)


Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 00:53

auteur née une année en 0 :

tn Mantegnaamour de la chambre des époux Andrea Mantegna Mantoue, cliquez sur l'imaga

 

Ô vraie amour, dont je suis prise,
Comment m'as-tu si bien apprise,
Que de mon jour tant me contente,
Que je n'en espère autre attente,
Que celle de ce doux amer,
Pour me guérir du mal d'aimer ?

Du bien j'ai eu la jouissance,
Dont il m'a donné connaissance
Pour m'assurer de l'amitié,
De laquelle il tient la moitié :
Doncques est-il plus doux qu'amer,
Pour me guérir du mal d'aimer.

Hélas, ami, en ton absence
Je ne puis avoir assurance
Que celle dont - pour son plaisir -
Amour caut me vient dessaisir
Pour me surprendre, et désarmer :
Guéris-moi donc du mal d'aimer !

Pernette du GUILLET (1520-1545)
(Chanson III)


Repost 0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 00:51

tn Berger

sculpture de Valérie Le Gall photo VLG cliquez sur l'image

 

J'étais berger ; j'avais plus de mille brebis.
Berger je suis encor, mes brebis sont fidèles
Mais qu'aux champs refroidis languissent les épis,
Et meurent dans mon sein les soins que j'eus pour elles !
Au cours de l'abandon je laisse errer leurs pas,
Et je me livre aux dieux que je ne connais pas !...
J'immolerai ce soir aux Nymphes des montagnes.

Maurice de GUÉRIN   (1810-1839)
extrait de Glaucus


Repost 0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg