Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 12:38
Symbole

galries royales saint Hubert à Bruxelles photo Jalm, cliquez sur les liens

 

Voici qu'à l'horizon coule un fleuve de sang.
De sa pourpre lugubre et splendide il inonde,
Sous les cieux consternés, l'orbe muet du monde,
Où l'horreur d'un grand meurtre invisible descend.

 

Ainsi qu'au lendemain des épiques désastres
Pour les princes vaincus on drape l'échafaud,
La Nuit, sur le zénith, debout comme un héraut,
Étend l'obscurité de son deuil larmé d'astres.

 

Exsangue et phosphoreuse, ô tête dont la chair
A gardé la pâleur et le froid de l'épée, -
Lumineusement roule une lune coupée
Dans le silence noir et la terreur de l'air.

 

Rien ne s'anéantit. Tout ce qui fut, persiste.
Les crimes d'ici-bas renaissent dans les cieux.
Ce soir, dans le palais aérien des dieux,
Hérodiade a fait décoller Jean Baptiste.

 

Iwan GILKIN (1858-1924)
recueil La Nuit

 

Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 21:21
auteur né une anné en 8 :
extrait d'un tableau d'Eugène Delacroix cliquez sur l'image

" Ô perle du désert ! dis-moi :
Si le giaour infidèle
Ne s'en revenait plus vers toi ?
- Je te comprends bien, lui dit-elle :

" Mais je m'appelle Zaïra.
Va, mon coeur l'aimerait quand même :
Je suis de la tribu d'Azra ;
Chez nous on meurt lorsque l'on aime ! "

Philippe-Auguste-Mathieu VILLIERS DE L'ISLE-ADAM (1838-1889)

Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 18:16
auteur né une année en 8 :
Guipavas sous le givre photo Jalm

Quand par le dur hiver tristement ramenée
La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit,
Laissez geindre du temps la face enchifrenée.
Par nos nombreux fagots, rendez-moi l'âtre étroit !

Par le rêveur oisif, la douce après-dinée !
Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit
Au bonheur ! - il ne veut devant sa cheminée
Qu'un voltaire bien doux, pouvant railler le froid !

Il tisonne son feu du bout de sa pincette ;
La flamme s'élargit, comme une étoile jette
L'étincelle que l'oeil dans l'ombre fixe et suit ;

Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ;
L'illusion redouble ; heureux ! il pense joindre
A la chaleur du jour le charme de la nuit !

Jules VERNE (1828-1905)

Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 15:10
auteur né une année en 8 :
cliquez sur l'image

...Sous les arbres de nard, d'aloès et de baume,
Chaque souffle de l'air, dans ce flottant royaume,
Est un enfant qui vole, un enfant qui sourit
Au doux lait virginal dont le flot le nourrit ;
Un enfant, chaque fleur de la sainte corbeille ;
Chaque étoile, un enfant ; un enfant, chaque abeille.
Le fleuve y vient baigner leurs groupes triomphants;
L'horizon s'y déroule en nuages d'enfants,
Plus beaux que tout l'éclat des vapeurs fantastiques
Dont le couchant superbe enflamme ses portiques. [...]

Alexandre SOUMET (1788-1845)
Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 12:04
auteur né une année en 8 :
stèle de Victor Segalen cours Dajot à Brest photo Jalm cliquez sur l'image

Il le faut ainsi ô Sans-être, que tu sois.
Ne détrompe pas. Ne te résous pas en boue.
Ne disparais point. Ne transparais point. Ne joue
Ni confonds jamais le seul à toi qui se voue.

Sans doute et sans fin, évoquant ta certitude,
Feignant de savoir, je frappe trois fois sur trois.
Je ris de respect. Criant ma fièvre aux abois
Je sonne bien fort l'espoir et les désarrois.

Sans peur, nu de coeur, noyé de lumière et d'eau
Je lève à deux mains mon appel et mes caresses :
Manifestement il faut que tu m'apparaisses :
Ton Ciel n'est pas vain, ni tes clartés menteresses.

Vois : je t'attendris : je me tiens seul à la ronde,
Portant mon élan, t'appelant du bout du monde,
Jetant tout mon poids dans l'inversé que je sonde
Comme le plongeur d'un pôle vertigineux.

Victor SEGALEN (1878-1919)
(Recueil : Odes)

Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 10:35
auteur né une année en 8 :
Saint Michel en Grève poto Jalm

Tout m'est dueil, tout m'est desplaisir,
Car, jour de ma vie, ung plaisir
Je n'eus d'Amours ne de Fortune.
Je me voys offrant à chascune,
Mais nulle ne me veult choysir.

Puisqu'Ennuy faict mon coeur moysir,
Et Rigueur me faict bas gésir,
Et que tel mal sur moy impugne,
Tout m'est dueil.

Mort sans pitié, viens moy saisir,
Plus tost que tard, si as loysir,
Puisqu'à chascun tu es commune ;
Car, pour en aymer bien fort une
Qui ne veult plaire à mon désir,
Tout m'est dueil.

Octavien de SAINT-GELAIS (1468-1502)

Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 00:17
auteur né une année en 8 :
jardin du Stangalar photo Jalm cliquez sur l'image

L'étang dont le soleil chauffe la somnolence
Est fleuri, ce matin, de beaux nénuphars blancs ;
Les uns, sortis de l'eau, se dressent tout tremblants,
Et dans l'air parfumé leur tige se balance.

D'autres n'ont encor pu fièrement émerger :
Mais leur fleur vient sourire à la surface lisse.
On les voit remuer doucement et nager :
L'eau frissonnante affleure aux bords de leur calice.

Edmond ROSTAND (1868-1918)
(Recueil : Les musardises)


Repost 0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 19:01
auteur né une année en 8 :
cours Dajot à Brest photo Jalm

Ce ne sont plus les jours des entreprises folles,
Où chaque obstacle était franchi d'un seul élan,
Où le coeur s'enivrait au doux miel des paroles,
Et se prenait aux noeuds d'un voile ou d'un ruban,
C'est l'heure où de la vie on comprend la chimère,
Où l'on sent qu'ici-bas tout n'est que vanité ;
Et ce dernier moment, ce moment éphémère,
Sera demain l'éternité.

On voit comme un présage une feuille qui tombe,
Un astre se voiler, une fleur se flétrir :
La nature, qui meurt, nous prépare à la tombe ;
On se sent jour à jour plus doucement mourir.
On a - quand du soir vient la brise salutaire, -
Les doux parfums avant le coucher du soleil,
Le tapis de gazon avant le lit de terre,
Le repos avant le sommeil.

Il est doux, - voyageur à la fin de sa course, -
Quand l'air lourd qu'on respire est un poids étouffant,
D'aller se rafraîchir à l'eau de cette source,
Où l'on s'est enivré lorsqu'on était enfant.
Et quand chaque bonheur loin de nous se retire,
Pour adoucir le choc de ce suprême adieu,
De porter ses regards vers le ciel, et de dire :
« Ayez pitié de moi, mon Dieu ! »

Jules de RESSÉGUIER (1788-1862)


Repost 0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 13:15
auteur né une année en 8 :
château de Kerouzéré photo Jalm cliquez sur l'image

Quand le Soleil du soir parcourt les Tuileries
Et jette l'incendie aux vitres du château,
Je suis la Grande Allée et ses deux pièces d'eau
Tout plongé dans mes rêveries !

Et de là, mes amis, c'est un coup d'oeil fort beau
De voir, lorsqu'à l'entour la nuit répand son voile,
Le coucher du soleil, - riche et mouvant tableau,
Encadré dans l'arc de l'Etoile !

Gérard de NERVAL (1808-1855)
(Recueil : Odelettes)

Repost 0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 06:14
auteur né une année en 8 :
jardin du Stangalar photo Elga cliquez sur l'image

En la forest de Longue Attente
Mon povre cuer tant se garmente
D'en saillir par aucune voye
Qu'il ne lui semble pas qu'il voye
Jamais la fin de son entente.

Desconfort le tient en sa tente
Qui par telle façon le tente
Que j'ay paour qu'il ne se forvoye
En la forest de Longue Attente.

Espoir en riens ne le contente
Comme il souloit, pour quoy dolente
Sera ma vie, ou que je soye,
Et si auray, en lieu de joye,
Dueil et Soussy tousjours de rente
En la forest de Longue Attente.

Gilles des ORMES (1438-1500)

Repost 0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg