Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 00:41

auteur né une année en 4 :

tn Sélène30clair de lune de Carl Gustav Carus, cliquez sur l'image 

 

Ô le second honneur des celestes chandelles,
Asseuré calendrier des fastes eternelles,
Princesse de la mer, flambeau guide-passant,
Conduy-somme, aime-paix, que diray-je, ô croissant,
De ton front inconstant, qui fait que je balance
Tantost ça tantost là d'une vaine inconstance,
Si par l'oeil toutesfois l'humain entendement
De corps tant esloignez peut faire jugement,
J'estime que ton corps est rond comme une bale,
Dont la superficie en tous lieux presque égale
Comme un miroir poli, or dessus or dessous,
Rejette la clarté du soleil, ton espoux.

Guillaume de Salluste DU BARTAS (1544-1590)
extrat d'Éloge à la lune, Recueil : La sepmaine


Repost 0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 00:24

auteur né une année en 4 :

tn Lune4

clair de Lune sur St Nazaire photo Jalm, cliquez sur l'image  

 

Cette nuit (noble accord des êtres et des choses)
En un palais, le plus tranquille des tombeaux,
Trois nymphes, l'or, la neige échangeantes aux roses,
Dansaient, flammes de marbre, aux feux des vieux flambeaux.

Maurice DU PLESSYS (1864-1924)
Recueil : Les tristes


Repost 0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 00:03

auteur né une année en 4 :

tn cathédrale

cathédrale N.D. de Paris photo Jalm, cliquez sur l'image 


Et puis voici surgir la vieille cathédrale
Avec son front rugueux et son bourdon qui râle ;
Comme un large vaisseau portant l'humanité
Déployant ses deux mâts, avançant sa carène,
Elle semble être prête, en labourant l'arène,
A partir pour l'éternité !

Alphonse ESQUIROS (1814-1876)
extrait de Paris aux réverbères


Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 00:00

auteur né une année en 4 :

tn Vezelay2

façade ouest de la basilique de Vézelay photo Jalm, cliquez sur l'image


J'écoutais dans la paix du soir,
Sous la pâleur du ciel mystique,
Les sons pieux que laissent choir
Les cloches de la basilique.

Et j'évoquais au loin leur voix,
A la fois grave et triomphale,
Quand elles sonnaient autrefois
Les angélus de cathédrale,

 Eudore EVANTUREL (1854-1919)
extrait de "Les Cloches de la Basilique"


Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 00:09

auteur né une année en 4 :

tn Tombeau4

tombeau au cimetière du Cimiez à Nice photo Jalm, cliquez sur l'image  

 

Si la vierge vers toi jette sous les ramures
Le rire par sa mère à ses lèvres appris ;
Si, tiède dans son corps dont elle sait le prix,
Le désir a gonflé ses formes demi-mûres ;

Le soir, dans la forêt pleine de frais murmures,
Si, méditant d'unir vos chairs et vos esprits,
Vous mêlez, de sang jeune et de baisers fleuris,
Vos lèvres, en jouant, teintes du suc des mûres ;

Si le besoin d'aimer vous caresse et vous mord,
Amants, c'est que déjà plane sur vous la Mort :
Son aiguillon fait seul d'un couple un dieu qui crée.

Le sein d'un immortel ne saurait s'embraser.
Louez, vierges, amants, louez la Mort sacrée,
Puisque vous lui devez l'ivresse du baiser.

Anatole FRANCE (1844-1924)
Recueil : Les poèmes dorés


Repost 0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 00:31

auteur né une année en 4 :

tn Sélène18

clair de lune de Carl Gustav Carus, cliquez sur l'image

 

Mère des Dieux, brune chasse-lumière,
Au moite sein, au carrouse tiré
De noirs chevaux, qui du pôle éthéré
Répands un Lèthe à la source sommière,

Déesse Nuit, l'antique et la première,
Que ton char brun de cent feux éclairés
Tombe plus tôt dans le flot azuré,
Brosse plus tôt ta course coutumière.

Sur ton autel dressé comme aux hauts dieux,
Sera le coq qui t'est tant odieux,
Si vitement tu hâtes ton voyage,

Durant lequel mon tourment plus s'âprit,
Loin de Madame, en me durant un âge.
A ce qu'on aime on a toujours l'esprit.

Jean GODARD (1564-1630)


Repost 0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 00:09

auteure née une année en 4 :

tn Olivier2

vieil olivier du domaine des collettes, cliquez sur l'image  

 

À Georges d'Esparbés.

Le firmament luit comme un cimeterre
Et les routes sont pâles comme des mortes.

Les Vents - allègres paladins -
Sont partis devers
Les mers ;
Montés sur les éthéréens chevaux
Au fier galop de leurs sonnants sabots
Ils sont partis devers
Les mers.

Une paix maléfique plane comme un oiseau
Faisant rêver de mort le plaintif olivier
Et de forfaits le figuier tenace
Dont le fruit mûr se déchire et saigne.

Les sources - comme elles sont loin !
Et les Naïades -
Où sont-elles ?

Mais voici - joie des yeux -
Près de la roche courroucée
Le petit âne gris
Mangeur de chardons.

Marie KRYSINSKA (1864-1908)
Rythmes pittoresques


Repost 0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:15

auteur né une année en 4 :

tn Arcenciel3

arc en ciel sur lougastel-Daoulas photo Jalm, cliquez sur l'image

 

Qu'on puisse oublier ce qu'on aime,
Et qu'un fatal éloignement
Ebranle le coeur d'un amant ;
Non, cela ne se peut, j'en juge par moi-même.
Je songe à mon Iris et la nuit et le jour ;
Je soupire après son retour,
Et je connais bien que l'absence
Est un prétexte à l'inconstance,
Plutôt qu'un remède à l'amour.

Antoine de LA SABLIERE (1624-1679)

 


Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 00:10

auteure née une année en 4 :

tn Sélène16clair de lune d'unanonyme, cliquez sur l'image

 

Pour le retour du Soleil honorer,
Le Zéphir l'air serein lui appareille,
Et du sommeil l'eau et la terre éveille,
Qui les gardait, l'une de murmurer

En doux coulant, l'autre de se parer
De mainte fleur de couleur nonpareille.
Jà les oiseaux ès arbres font merveille,
Et aux passants font l'ennui modérer ;

Les nymphes jà en mille jeux s'ébattent
Au clair de lune, et dansant l'herbe abattent.
Veux-tu, Zéphir, de ton heur me donner,

Et que par toi toute me renouvelle ?
Fais mon Soleil devers moi retourner,
Et tu verras s'il ne me rend plus belle.

Louise LABÉ   (1524-1566)


Repost 0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 00:42

auteur né une année en 4 :

tn Vénus3

Vénus et la pomme de la discorde photo Jalm, cliquez sur l'image 


Claire en beauté plus que la claire Aurore
Claire en blancheur plus que marbre de Pare,
Ou que le laict, qui sur le Jong se pare.
Claire en odeur du Bame qui s'honnore,

Claire en coral que le vermeil colore :
Claire en valeur plus qu'autre joiau rare
Ou que tout l'or du filz de Chrise avare.
Claire en l'honneur qui tes graces decore,

Claire en thesor plus que perle Indienne.
Claire en rosin de grace Adonienne,
Claire en splendeur de gloire merveilleuse.

Ô tresclair nom d'une divine dame,
Seulle moitié de mon nom et mon ame,
Tu tiens ma voix en crainte perilleuse.

Loÿs LE CARON (1534-1613)


Repost 0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg