Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 06:50
Le Plantage

canaux d'Amsterdam en mai, photo Jalm, cliquez sur les liens

 

Aux branches du Plantage
l'oiseau de Robinson
rappelle le voyage
auquel a rêvé Jammes
dans le mai d'Amsterdam
jusque sur les trottoirs
c'est des déportations
qu'il sera fait mémoire
le reflet de Saskia
hante encore aujourd'hui
l'eau-forte des canaux
embarqués par Nemo
nous devinons les nuits
d'un port des Pays-Bas

 

de Jean-Luc Aotret

10/05/2017

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 00:11
Labyrinthe

labyrinthe de Miro, fondation Maeght à Saint Paul de Vence photo Jalm, cliquez sur les liens

 

Etonnant labyrinthe
Où l'on se perd dans l'eau
Et où s'entend la plainte
Magnétique d'Echo
Dédale surprenant
Que celui de Miro
Tels Thésée en son temps
Nous traquons le taureau
Narcisses d'un instant
Nous n'avons qu'un reflet
En guise d'adversaire
Les cornes sont en pierre
Ariane parle anglais
L'Icare est dans le vent

 

de Jean-Luc Aotret

baguenaude du 18/03/17

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 16:28
Délire ou folie ?

le roi et l'oiseau film de Paul Grimault et Jacques Prévert, cliquez sur les liens

 

La Folie du sage tant Aimé de son temps
nous prend à contre pied des vers d'un Prévert quand
la sagesse du fou nous amène à revers
du délire d'un roi par une verve aviaire.

 

La folie d'Ophélie est-elle encor la sienne ?
Nourrie du poison des cupidités agraires,
sa verdoyante chevelure de sirène
asphyxie peu à peu tous les lits des rivières.

 

La folie d'un Don Quichotte, fieffé bretteur,
pourrait-elle donc nous aider à discerner
les moulins à vent de nos bonnes sociétés,
beaux parleurs et autres prêcheurs ?

 

La Folie faite guide d'un aveugle Amour,
alors que ce dernier peut voir avec son coeur,
ne serait-ce pas là l'acquis d'un bras vengeur
plutôt que la sentence d'une noble cour ?

 

La folie d'Arachné de défier Athéna
aurait-elle pour but d'amorcer la raison
pour mieux nous contraindre par la Tarentella
à délier nos cerveaux de son terrible don ?

 

La folie du poète s'entend à la rime,
j'en conviens, mais c'est écrite qu'elle s'estime
et se retient. Dessous ses oripeaux de prose,
se cache une rime qui jamais ne s'impose.

 

de Jean-Luc Aotret

 

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 00:02
C…ries et tout le Bataclan

café-concert le bataclan à Paris, cliquez sur les liens

 

Ce mois noir*, avec le crachin,
Nous exprime son grand chagrin.
Des fous ont massacré leurs frères
Qui, un soir, voulaient se distraire.

 

Horrible bande de crétins,
Dont l’ennemi est leur prochain.
Mais dans quel livre de prières
Ont-ils appris ces manières ?

 

Ils n’ont jamais lu Khay Yam**,
Qui chantait la joie de bien vivre
Ici, sans attendre l’Éden.

 

Ils auraient dû boire du vin,
Qui plus que le sang nous enivre,
Khay Yam le trouvait divin.

 

Dông Phong

16.11.2015

 

* Miz du, le mois noir ou novembre en breton.

** Omar Khay Yam, grand poète persan et musulman libéral (1048-1131)

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 16:21
Contrastes

Prose du transsibérien et de la petit Jeanne de France par Sonia Delaunay et Blaise Cendrars musée de Beaubourg photo Jalm, cliquez sur les liens

Freddy renaît tel un phénix de ses cendres,
manchot mais adroit d'une gauche qui se lave,
dans l'essuie-main du ciel
1 où les oiseaux se gavent.
Le vin bourru est bu, les massues sont à prendre.

La braise est encor chaude aux ailes des abeilles,
quand la moisson de miel précède le cresson.
Sa droite disparait dans le giron d'Orion
2,
après que dans la chambre soient gâchées les merveilles
1.

Aux comptoirs des bistros1, il lève un coude fier.
Entre vin rouge1 et bleus s'insinue la lumière.
Des pâques newyorkaises
3 naît l'homme nouveau,
et Jehanne
4 entend la folie sonner le grelot.

La colombe se niche chez les boutiquiers1.
Les calicots
1 affichent des vers sibériens
et les contrastes
1 sont des lois simultanées
où les couleurs
1 se lovent comme des sauriens.

C'est l'or de Cimabue1 qui enflamme le ciel
sur une Seine butinée de bateaux mouches
1.
Dans les fumées d'usine les hommes se mouchent,
charlots des temps modernes trompés par le sel.

Le suisse brésilien s'en va voir les étoiles
sous une voie lactée le couvrant de son voile.
La brume du chariot
5 fait pendant à la croix,
sous les arbres des Batignolles on y croit...

de Jean-Luc Aotret

1- Contrastes, dix-neuf poèmes élastiques Blaise Cendrars, Au sans pareil 1919
2- Orion, nuits étoilées, Le Formose Blaise Cendrars, Au sans pareil 1924
3- Les pâques à New-York, Du monde entier Blaise Cendrars, Gallimard 1919
4- La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France Blaise Cendrars et Sonia Delaunay, les hommes nouveaux 1913

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 00:23

tn Nice4Orlamonde de Maurice Maeterlinck à Nice, photo Jalm, cliquez sur l'image

 

Quand l’amant sortit
(J’entendis la porte)
Quand l’amant sortit
Elle avait souri…

Mais quand il rentra
(J’entendis la lampe)
Mais quand il rentra
Une autre était là…

Et j’ai vu la mort
(J’entendis son âme)
Et j’ai vu la mort
Qui l’attend encore…

Maurice Maeterlinck (1862-1949)
Serres chaudes, suivies de Quinze Chansons


 

 

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 00:14

tn Crocussquare Charles Péguy à Paris, photo Jalm, cliquez sur l'image


Elle avait jusqu'au fond du plus secret hameau
La réputation dans toute Seine et Oise
Que jamais ni le loup ni le chercheur de noise
N'avaient pu lui ravir le plus chétif agneau.

Tout le monde savait de Limours à Pontoise
Et les vieux bateliers contaient au fil de l'eau
Qu'assise au pied du saule et du même bouleau
Nul n'avait pu jouer cette humble villageoise.

Sainte qui rameniez tous les soirs au bercail
Le troupeau tout entier, diligente bergère,
Quand le monde et Paris viendront à fin de bail

Puissiez-vous d'un pas ferme et d'une main légère
Dans la dernière cour par le dernier portail
Ramener par la voûte et le double vantail

Le troupeau tout entier à la droite du père.

Charles Péguy (1873-1914)
1912 (Ed. Gallimard, coll. La Pléiade,

Œuvres poétiques complètes, p. 841)


Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 00:50

tn Coeur4Corazón de Gilbert Quioc, cliquez sur l'image

 

Ébène en chevelure, part d'ombre descendant
sur votre visage, qu'ai-je vu en vous d'obscur qui me fascina tant ?
Ébène à se damner yeux d'ombre maligne où s'enfouir sans raison,
que m'offrîtes-vous qui me ravit ainsi ?
Est-ce l'entrevue de votre âme, la figuration muette d'un cœur battant
dans le silence de la chair absoute ; est-ce pur envoûtement :
comment départager le relief de folie du remède-miracle au vertige profond
qu'un soir, sans le savoir, vous me procurâtes si diligemment ?
O vous, que sans connaître déjà je baptise du nom
de Muse, savez-vous bien ce que vous me donnâtes en me laissant
rêver à vous, solitaire et démiurge d'une seule nuit ?
Puissiez-vous, à votre tour, souffrir ce que je souffre, et puis
aimer, qui sait ? ce que je vous laisse deviner sous
ces pauvres mots et ce rien de toile qui vous
dessine s'efforçant à vous mieux voir, tendrement...

Louis-Vyn


Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 00:28

tn GrandDuduche

cliquez sur l'image

 

Longtemps, longtemps, longtemps
Après que les poètes ont disparu
Leurs chansons courent encore dans les rues
Un jour, peut-être, bien après moi
Un jour on chantera
Cet air pour bercer un chagrin*

extrait de L'AME DES POETES
Paroles et Musique: Charles Trenet
© - Raoul Breton - 1951

 

*Jean Cabut adorait les chansons de Trenet

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 00:41

tn st Jean du doigt

Saint Jean du Doigt photo Jalm, cliquez sur l'image

 

Après printemps de semaisons
Eté de blés et de grillons,
Est arrivé le temps des brumes
Avec la forêt qui s'allume.
Oui revoici l’heure bénie
De l'automne de douce pluie,
Qui fredonne le chant des mousses
Des bolets sous les feuilles rousses.

Le ciel a changé de décor,
L'arbre a mis son écharpe d'or.

Prenant un chemin d'escampette,
Pommes, châtaignes et noisettes,
Pour quitter la nature morte
De la toile ont ouvert la porte.
Alors à l'écoute d'un trille
Le peintre effleurant ses pupilles,
A fait jaillir sur l'aquarelle
Deux larmes bleues pour l'hirondelle.

Jacques Premel-Cabic


Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg