Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 00:04

après être allé écouter, hier soir, Ewen, Delahaye, Favennec (EDF) chanter ça :

tn-pen-ti.jpg
Kerascoët en Nevez photo Jalm, pour en savoir plus sur le trio EDF cliquez sur l'image

E kreiz an noz

E kreiz an noz me glev an avel
o vlejal war lein an ti

Avel, avelig c'hwezit 'ta
al lann 'n em gann ha d'an daoulamm
kanit buan kan ar frankiz deomp-ni

Diouzh ar reter e c'hwezh an avel
o vlejal war lein an ti

Diouzh ar c'hornog e c'hwezh an avel
o vlejal war lein an ti

Diouzh an douar e c'hwezh an avel
o vlejal war lein an ti

Diouzh ar mor bras e c'hwezh an avel
o vlejal war lein an ti

Ne vern pe du e c'hwezh an avel
brav eo bevañ 'barzh hon ti


Au milieu de la nuit

Au coeur de la nuit j'entends le vent
qui hurle au-dessus de la maison

Vent, vent, allez souffle
La lande se bat mais cours
nous chanter le vent de notre liberté

De l'est souffle le vent
qui hurle au-dessus de la maison

De l'ouest souffle le vent
qui hurle au-dessus de la maison

Des terres souffle le vent
qui hurle au-dessus de la maison

De l'océan souffle le vent
qui hurle au-dessus de la maison

Qu'importe d'où souffle le vent
il fait bon vivre dans notre maison

Youenn Gwernig (1925-2006)

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 00:07

c'est pas mauvais quelquefois d'être à contre saison, merci Danièle :

tn-Coquelicot.jpg

via lemovicensis photo Jalm

"Le champ de blé met sa cocarde
coquelicot.  
Voici l'été, le temps me tarde  
de voir l'arc-en-ciel refleurir.  
L'orage fuit, il va mourir,  
Nous irons te cueillir bientôt,  
coquelicot."  

R.Desnos

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 00:41

tn-Aberbenoit.jpg

les bords de l'aber Benoît photo Jalm

J'aime le  chant de l'hiver
Du pas sur l'herbe givrée,
Du cristal  dans l'aube claire
Qui scintille sous ton pied.

Jacques Prémel-Cabic

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 00:54

Trois cent soixante quatre ans après Marc-Antoine Girard de Saint-Amant pour "La Rome ridicule", Hervé Eléouet s'est lui aussi inspiré d'une ville pour réaliser son dernier opus : "A côté de la plaque" qui vient de paraître aux éditions An tu all ar mor.

pour en savoir plus sur les éditions An tu all ar mor, cliquez sur l'image

en voici un petit aperçu poétique extrait de "rue du bois d'amour" :

Paula j't'aime
Paula j'te veux
J't'offrirai des chrysanthèmes
T'en piqu'ras dans tes cheveux
Je s'rai ton croqu'mort bohème
Paula j'te veux

RV


Partager cet article
Repost0
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 00:04

En écho aux textes lus par RV le WE dernier :

Le couple astral - Gouache de Robert Desnos (1935)

Une voix, une voix qui vient de si loin 
Qu'elle ne fait plus tinter les oreilles, 
Une voix, comme un tambour, voilée 
Parvient pourtant, distinctement, jusqu'à nous. 

Bien qu'elle semble sortir d'un tombeau 
Elle ne parle que d'été et de printemps. 
Elle emplit le corps de joie, 
Elle allume aux lèvres le sourire. 

Je l'écoute. Ce n'est qu'une voix humaine 
Qui traverse les fracas de la vie et des batailles, 
L'écroulement du tonnerre et le murmure des bavardages. 

Et vous? Ne l'entendez-vous pas? 
Elle dit "La peine sera de courte durée" 
Elle dit "La belle saison est proche." 

Ne l'entendez-vous pas? 

Robert Desnos (1900-1945) CONTREE (1936-1940) 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 00:40

Cette année, le salon du livre du Relecq-Kerhuon a pour thème "VOYAGES". An Amzer Poésies y participera pour notamment présenter VIA PODIENSIS le recueil de Jean-Luc Aotret relatant le voyage vers Compostelle.

Pour en savoir plus sur ce salon cliquez sur l'image

A la porte entrouverte où frapp' la bruin' d'automne
J'écoute le jardin qui change lentement
Chaque jour les bosquets et les arbres frissonnent,
Abandonnant sans hât' leurs fragiles par'ments.

Feuille à feuille s'estomp' la vign' vierge rougie
Révélant le mur gris où s'agrippent les tiges
Une à une s'éclips'nt les ros's gorgées de pluie,
D'un été parfumé ell's se voulaient vestiges.

Les senteurs de la terr' montent dans le vent doux,
Saison incomparable aux coloris touchants.
Pas un' mouss' ni une herb' qui n'offre au ciel son moût
En dernier sacrifice à l'hiver approchant.

Baignant dans la douceur de novembre en déclin
J'en capte tous les dons, tout's les saveurs boisées,
Et la tête enivrée d'enveloppants parfums
J'entre enfin  dans le vent à la bruine mêlé....

Chantal

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 00:11

Toto à Treillières, photo Jalm

"La guerre avons, mortalité, famine,
Le froit, le chault, le jour, la nuit nous myne;
Quoy que façons, tougjours nostre temps court;
pulce, cyrons et tant d'autres vermine
Nous guerroyent. Bref misère domine
Nos meschans' corps, dont le vivre est très court..."

Jehan Meschinot (1420-1491)

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 00:01

Après avoir participé au salon du livre de Carhaix :

pour en savoir plus sur le dessinateur Tom Hickman

cliquez sur l'image

Il est des chemins, il est des vallons
où la vie reprend ses droits
il est des sentiers et des horizons
où le coeur revit ses joies
il est des matins et des lendemains
où courent les vents et meurt la peine
sur les chemins de la Bohême

Glenmor
extrait de "Les Chemins de la Bohème"
ET VOICI BIEN MA TERRE éd. Glenmor an distro

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 01:07

rivière de Daoulas photo Jalm

Quand pourrais-je habiter un champ qui soit à moi ;
Et, villageois tranquille, ayant pour tout emploi
Dormir et ne rien faire, inutile poète,
Goûter le doux oubli d'une vie inquiète !...
Oh ! oui, je veux un jour, en des bords retirés,
Sur un riche coteau ceint de bois et de prés,
Avoir un humble toit, une source d'eau vive
Qui parle, et dans sa fuite et féconde et plaintive,
Nourrisse mon verger, abreuve mes troupeaux..

André Chénier (30 octobre 1762 - 25 juillet 1794)

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 00:37

le bel octobre a apporté
ses longs pinceaux et ses couleurs
bruns, rouges et ocres à la feuillée
le bois s'empourpre de splendeur
le soleil glisse un regard d'or...
se peut-il que nature s'endort ?

se peut-il que nature se meurt ?
frémissements sur la portée
feuilles envolées, éparpillées
le bel octobre a ramassé
ses longs pinceaux et ses couleurs
et s'en repart triste et songeur

Marie-Thérèse Hachet

Partager cet article
Repost0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg