Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 00:52

auteur née une année en 0 :

tn Elornrives de l'Elorn photo Jalm, cliquez sur l'image

 

Ô de mon bien futur le frêle fondement !
Ô mes désirs semés en la déserte arène !
Ô que j'éprouve bien mon espérance vaine !
Ô combien mon tourment reçoit d'accroissement !

Ô douloureux regrets ! ô triste pensement
Qui avez mes deux yeux convertis en fontaine !
Ô trop soudain départ ! ô cause de la peine
Qui me fait lamenter inconsolablement !

Ô perte sans retour du fruit de mon attente !
Ô époux tant aimé qui me rendais contente ;
Que ta perte me donne un furieux remords !

Las ! puisque je ne puis demeurer veuve et vive,
J'impètre du grand Dieu que bientôt je te suive,
Finissant mes ennuis par une douce mort.

 
Madeleine DES ROCHES (1520-1587)

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 23:59

auteur né une année en 0 :

tn NDduRelecq

ND du Relecq statue du XVème, cliquez sur l'image

 

De tout mon coeur humblement te salue,
Pour la grandeur de ta haulte value,
Royne du ciel, de la terre et la mer,
Pardonne moy se j'oze au reclamer,
Ton sainct nom mettre en ma bouche polue,

Delaissant vie estrange et dissolue,
Vueil par pensee honneste et resolue
Te bien servir, et loyaulment aymer
De tout mon coeur.

Tu fuz comme es de Dieu si bien voulue,
Que pour sa mere et fille preesleue
Dame te feit des vertus renommer ;
Telle te doy en la terre nommer,
Et telle aussi seras escripte et leue
De tout mon coeur.

 
Guillaume CRÉTIN (1460-1525)

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 00:18

auteur né une année en 0 :

tn Aromesaromes de Toul Dreiz à Ouessant photo Jalm, cliquez sur l'image

 

A ma dame.

Ton âme avait alors la blancheur des grands lys
Que berce la chanson des vents rasant la terre ;
L'Amour était encor pour toi tout un mystère,
Et la sainte candeur te drapait dans les plis

De sa robe... Ce fut par les bois reverdis,
A l'heure où dans le ciel perce la lune austère.
Je te vis, je t'aimai, je ne pus te le taire
Et tout naïvement alors je te le dis.

Tu fixas sur mes yeux tes yeux de jeune vierge,
Brillants de la clarté douce et pure d'un cierge,
Ton front rougit... tu n'osas pas me repousser.

Et l'aveu tremblotant, dans un soupir de fièvre,
S'exhala de ton coeur pour errer sur ta lèvre,
Où je le recueillis dans un premier baiser.

Gaston COUTÉ (1880-1911)

Partager cet article
Repost0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 00:51

auteur né une année en 0 :

tn Daoulas2

abbaye de Daoulas photo Jalm, cliquez sur l'image


... La blondeur obsédante et fauve de l'été
Élimant le satin défraîchi des corolles,
Enamoure d'un long baiser l'urne des trolles
Et des lys martagons de pourpre mouchetés. [...]

Louis de COURTEN   (1880-1903)

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 00:46

auteur né une année en 0 :

tn Braspartsaint Michel de Braspart photo Jalm cliquez sur l'image

 

Regarder la fin de son oeuvre

Ce n'est pas tout que commencer,
Il faut voir si la fin est bonne
Car lors n'est pas temps d'y penser,
L'oeuvre par la fin se couronne.

Gilles CORROZET (1510-1568)


Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 00:21

auteur né une année en 0 :

tn Vendangestapisserie flamande hôtel de Cluny, cliquez sur l'image

 

Durant ce temps de moissons et vandanges
Pratique n'est en ma bourse esprouvée ;
Qu'il soit ainsi la raison est prouvée,
Par ce que point ne me vient bon vent d'anges.

Vin en vaisseaulx, en cave, ne vidanges
A vendre n'ay, Povreté m'a couvée
Durant ce temps.

Blé en garnier ne gerbes n'ay en granges,
Richesse en moy ne fut onc approuvée
Necessité, qui tant est reprouvée,
Me suyt de près, ce sont choses estranges
Durant ce temps.

Roger de COLLERYE   (1470-1536)


Partager cet article
Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 00:42

auteur né une année en 0 :

tn CharlesIXCharles IX de France, d'après François Clouet, huile sur bois, Versailles, Musée national du château, cliquez sur l'image

 

Ton esprit est, Ronsard, plus gaillard que le mien ;
Mais mon corps est plus jeune et plus fort que le tien ;
Par ainsi je conclus qu'en savoir tu me passe
D'autant que mon printemps tes cheveux gris efface.
L'art de faire des vers, dût-on s'en indigner,
Doit être à plus haut prix que celui de régner.
Tous deux également nous portons des couronnes
Mais, roi, je la reçus ; poète, tu la donnes.
Ton esprit enflammé d'une céleste ardeur
Éclate par soi-même, et moi par ma grandeur.
Si du côté des Dieux je cherche l'avantage,
Ronsard est leur mignon et je suis leur image.
Ta lyre, qui ravit par de si doux accords,
Te soumet les esprits dont je n'ai que les corps ;
Elle s'en rend le maître et te fait introduire
Où le plus fier tyran n'a jamais eu d'empire,
Elle amollit les coeurs et soumet la beauté :
Je puis donner la mort, toi l'immortalité.

roi CHARLES IX (1550-1574)


Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 00:53

auteur né une année en 0 :

tn Angelusl'Angelus de Jean-François Millet musée d'Orsay cliquez sur l'image

 

Derrière deux grands boeufs ou deux lourds percherons,
L'homme marche courbé dans le pré solitaire,
Ses poignets musculeux rivés aux mancherons
De la charrue ouvrant le ventre de la terre.


  Au pied d'un coteau vert noyé dans les rayons,
Les yeux toujours fixés sur la glèbe si chère,
Grisé du lourd parfum qu'exhale la jachère,
Avec calme et lenteur il trace ses sillons.

Et, rêveur, quelquefois il ébauche un sourire :
Son oreille déjà croit entendre bruire
Une mer d'épis d'or sous un soleil de feu ;

Il s'imagine voir le blé gonfler sa grange ;
Il songe que ses pas sont comptés par un ange,
Et que le laboureur collabore avec Dieu.

William CHAPMAN   (1850-1917)

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 00:44

auteur né une année en 0 :

tn Camaret5la tour Vauban à Camaret photo Jalm, cliquez sur l'image


Calme des nuits sur l'Océan
Étoiles et feux du navire,
Et l'éternel balancement
Des houles et de mon désir.

Qui donc es-tu, maîtresse amère,
Ô volupté de l'abandon ?
Le coeur nourri de tes poisons
N'atteindra jamais sa chimère.

Penché sur ton changeant visage
Où se reflètent tour à tour
La fuite éperdue du voyage
Et le feu lointain de l'amour,

Je cherche la trace ambiguë
Du dieu malin qui me poursuit
Et ne l'ai pas sitôt saisie
Que je l'ai déjà reperdue.

Louis CHADOURNE (1890-1925)


Partager cet article
Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 00:58

auteur né une année en 0 :

tn Cranou

dans la forêt du Cranou cliquez sur l'image


Dans la forest d'esperance lointaine
Souci, douleur, regret et deconfort,
Comme aspres chiens abboians pressent fort
Un pauvre cerf, hatant sa course vaine.

Souci le tient, douleur presque l'entreine,
Regret pront saute, et le serre, et le mord,
Desir haut trompe ; Amour, veneur accort
Mande à son cuer une fleche soudaine.

Que fera-t-il ? Chiens n'ont point de pitié,
Puis le chasseur est aspre en mauvaitié.
A l'Amalthée il vient donq' secours prendre,

Et en fuiant leur assaut inhumain,
Plutôt qu'aller à une autre se rendre,
Aime trop mieux de morir par sa main.

Marc Claude de BUTTET (1530-1586)

 

Partager cet article
Repost0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg