Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 00:40

tn viêtam3

masque de l'opéra chinois, cliquez sur l'image

 

Jean qui rit, Jean qui pleure,
le masque aide l'acteur qui feint
ce que l'humeur a peint
au front de l'être humain, un jour.

de Jean-Luc Aotret


Repost 0
Published by Janus - dans lune gibbeuse
commenter cet article
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 00:21

Ce mois-ci, c'est à nouveau notre ami Dông Phong qui nous propose de nous amuser poétiquement en nous inspirant de la prosodie traditionnelle vietnamienne dite des « six-huit » (pieds).

 

Gửi con cóc (Au crapaud)


Con cóc là cậu Ông Trời (Br1),

Cóc mày sao lại dở hơi (Br1) thế này (Br2),

Để cho một đảng phây phây (Br2)

Độc tài thô bạo lên thay (Br2) cháu mày (Br3)

Cóc ơi, tỉnh dậy đi ngay (Br3)

Giúp loài ếch nhái ngày mai (Br3) ‘‘cóc cần’’ (Br4)

Nhịn bao điều thối hơn phân (Br4)

Mà không phải sợ công an (Br4) làm phiền (Br5)

 

Cette forme poétique est composée de couples d’hexamètres et d’octosyllabes successifs, dans lesquels les tons ont des positions bien fixées, ainsi que leurs rimes caudales et dorsales alternées. Elle paraît compliquée, mais elle est très populaire au Viêt Nam car facile à composer et à mémoriser grâce à son rythme et sa musique, même pour des illettrés : on la trouve depuis les distiques satiriques anonymes (vè) qui se créent chaque jour, et qui font le tour du pays en très peu de temps, jusqu’aux romans versifiés de plusieurs milliers de vers. Bien sûr, il est impossible de transposer cette prosodie unique en français. Mais nous pouvons essayer d’en récupérer une partie dans ce jeu poétique, que notre ami nous propose sous le nom de « Viêtam æternam ».

Règle : sur le thème du rire composez un quatrain (strophe de quatre vers) composé alternativement d’hexamètres (vers de six pieds) et d’octosyllabes (vers de huit pieds), avec trois rimes abc que vous placerez dans les positions proposée par le schéma suivant, la rime c restant orpheline :


1 2 3 4 5 a
1 2 3 4 5 a 7 b
1 2 3 4 5 b
1 2 3 4 5 b 7 8(c)


Vous obtiendrez ainsi un "viêtam æternam" comme celui-ci :

 

tn viêtam1

masque de l'opéra chinois, cliquez sur l'image

Comme j’aurais aimé
Chez moi vous inviter à faire,
Mes très chers sœurs et frères,
Deux rimes légères pour rire.

Dông Phong



Bien sûr, vous pouvez continuer en écrivant plus que quatre vers si le cœur vous en dit !
Vous êtes bien entendu instamment conviés à glisser vos créations et vos appréciations dans les commentaires.

 

Repost 0
Published by Janus - dans lune gibbeuse
commenter cet article
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 00:36

pour en savoir plus sur Omar cliquez sur l'image

 

Oui, je bois du vin! qui est clairvoyant trouvera,

avec moi, cet acte naturel aux yeux de Dieu
De toute éternité Dieu a su que je boirai du vin.
Si je n'en buvais pas, sa prescience serait pure ignorance.


 Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates

 

Temps-Pestif va être en vacances durant un long week-end, Janus s'en va goûter les embruns du nord Cotentin du côté de Cherbourg et de St Pierre Eglise, merci de votre fidélité et à bientôt.

Repost 0
Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 00:08
affiche de Théophile-Alexandre Steinlen
pour en savoir plus sur le chat noir cliquez sur l'image

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte


Paul VERLAINE   (1844-1896)

Recueil : Poèmes saturniens

 

Repost 0
Published by Janus - dans le chat noir
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 00:12

tn crypte

crypte de l'église de Champdieu (42), photo Jalm, cliquez sur l'image

 

Mon cœur est une crypte où parmi les pilastres
S’enroulent les remous de l’encens des oublis,
Et par l’heure qui luit de la lueur des astres
La paix des nuits se mire en les pavés polis.

Sur le carrare froid des marches sépulcrales
Déjà mes vieux pensers sont pâmés de sommeil :
Les lampadaires d’or s’endorment en spirales,
Et, ô la glauque aurore en le vitrail vermeil !

 

Stuart Merrill
Les Gammes (vers)
Chez Vanier, 1887 (pp. 35-36)


Repost 0
Published by Janus - dans merrillades
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 00:39

tn Couliou1

"un poète au village" déambulation poétique de Lanildut, photo Danièle, cliquez sur l'image

Repost 0
Published by Janus - dans rimes en rives
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 00:10

tn contrerime16la chambre à coucher à Arles par Van Gogh en 1888, cliquez sur l'image

 

sous les pampres de pourpre et d’or,
dans l’ombre parfumée,
ivre de songe et de fumée,
le prince Lou s’endort.

Tandis que l’opium efface
Badoure à son côté,
il rêve à la jeune beauté
qui brilla sur sa face.

Ainsi se meurt, d’un beau semblant,
Lou, l’ivoire à la bouche.
Badoure en crispant sa babouche
pense à son deuil en blanc.

 

  Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929


Repost 0
Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 00:56

auteur né une année en 3 :

tn Aurore4

aurore dans le Morvan photo Jalm, cliquez sur l'image

 

L'air était agité par les dolents Zéphirs
Qui changeaient leur haleine en de tristes soupirs ;
La terre souhaitait d'éternelles ténèbres
Et par des sentiments langoureux et funèbres,
Voulant nourrir son deuil dedans l'obscurité,
Ne voyait qu'à regret la naissante clarté.

Nicolas de RAMPALLE (1603-1660)
extrait de "Le Départ funeste"
Recueil : Les Idylles


Repost 0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 02:07

pour en savoir plus sur Omar cliquez sur l'image  

 

On dit qu'au jour dernier il y aura un jugement,
que l'Ami chéri se mettra en colère.
Mais de la bonté même il ne peut émaner que le bien.
Sois donc sans crainte, à la fin tu le verras plein de douceur.

 Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates

Repost 0
Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 06:35
affiche de Théophile-Alexandre Steinlen
pour en savoir plus sur le chat noir cliquez sur l'image

 

Dans le calme jardin de la grande maison
J'ai vu fleurir trois fleurs qui se sont envolées,
Mais vous lui reviendrez à la belle saison
Et vous serez fidèle à l'ombre des allées.
Nous vous verrons encore orner le reposoir,
Quand viendra le Printemps, de lys, de tubéreuse.
Votre parfum sera celui des encensoirs :
Car vous fûtes toujours et resterez pieuse.
Nous vous verrons encor, lorsque viendra l'Été,
Puiser à son azur votre regard céleste
Où votre esprit se mire avec simplicité :
Car vous fûtes toujours et resterez modeste.
Nous vous verrons encor donner à vos oiseaux
Le mil de vos greniers, lorsque viendra l'Automne.
Vous tisserez leurs nids du fil de vos fuseaux :
Car vous fûtes toujours et vous resterez bonne.
Nous vous verrons encor lorsque viendra l'Hiver,
Chez les pauvres, remplir l'écuelle d'argile.
Celui qui vous a pris la main peut être fier :
Car vous serez toujours la femme d'évangile.
Tout mariage est écrit. Alors que l'homme naît,
Au profond de son coeur veille une fiancée.
Elle fleurit un jour. Et, comme un lierre fait,
Elle mourra plutôt que d'être détachée.

Poèmes inédits ou isolés

 
Francis JAMMES (1868-1938) 
Repost 0
Published by Janus - dans le chat noir
commenter cet article

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg