Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 06:30

tn contrerime7

Mme Roulin par Paul Gauguin en 1888, cliquez sur l'image

 

l’immortelle, et l’œillet de mer
qui pousse dans le sable,
la pervenche trop périssable,
ou ce fenouil amer

qui craquait sous la dent des chèvres,
ne vous en souvient-il,
ni de la brise au sel subtil
qui nous brûlait aux lèvres ?

     Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929


Repost 0
Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 00:01

affiche de Théophile-Alexandre Steinlen
pour en savoir plus sur le chat noir cliquez sur l'image

Le ciel comme un lac d’or pâle s’évanouit,
On dirait que la plaine, au loin déserte, pense ;
Et dans l’air élargi de vide et de silence
S’épanche la grande âme triste de la nuit.

Pendant que çà et là brillent d’humbles lumières,
Les grands bœufs accouplés rentrent par les chemins ;
Et les vieux en bonnet, le menton sur les mains,
Respirent le soir calme aux portes des chaumières.

Le paysage, où tinte une cloche, est plaintif
Et simple comme un doux tableau de primitif,
Où le Bon Pasteur mène un agneau blanc qui saute.

Les astres au ciel noir commencent à neiger,
Et là-bas, immobile au sommet de la côte,
Rêve la silhouette antique d’un berger.

Albert Samain (1858-1900)

extrait de soirs
recueil : Au jardin de l'infante (1893) 


Repost 0
Published by Janus - dans le chat noir
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 00:09

auteur né une année en 4 :

tn Tombeau4

tombeau au cimetière du Cimiez à Nice photo Jalm, cliquez sur l'image  

 

Si la vierge vers toi jette sous les ramures
Le rire par sa mère à ses lèvres appris ;
Si, tiède dans son corps dont elle sait le prix,
Le désir a gonflé ses formes demi-mûres ;

Le soir, dans la forêt pleine de frais murmures,
Si, méditant d'unir vos chairs et vos esprits,
Vous mêlez, de sang jeune et de baisers fleuris,
Vos lèvres, en jouant, teintes du suc des mûres ;

Si le besoin d'aimer vous caresse et vous mord,
Amants, c'est que déjà plane sur vous la Mort :
Son aiguillon fait seul d'un couple un dieu qui crée.

Le sein d'un immortel ne saurait s'embraser.
Louez, vierges, amants, louez la Mort sacrée,
Puisque vous lui devez l'ivresse du baiser.

Anatole FRANCE (1844-1924)
Recueil : Les poèmes dorés


Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 00:49

pour en savoir plus sur Omar cliquez sur l'image  

 

Voici l'aurore, viens, et, la coupe pleine de vin rose en main,
respirons un instant. Quant à l'honneur, à la réputation, cristal fragile,
brisons-le contre la pierre. Renonçons à nos intiatiables désirs,
que la caresse des chevelures et les doux sons de la harpe nous suffisent.


Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates

Repost 0
Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 00:55

tn Le Guilvinecport du Guilvinec phoo Jalm, cliquez sur l'image

 

Pour tenter de la fuir leur effort est stérile ;
Les moins aventureux deviennent ses amants,
Et, dès lors, un regret éternel les exile.
Car l’on ne guérit point de ses embrassements.

 

Jean de La Ville de Mirmont (1886-1914)

L’Horizon chimérique Recueil posthume 1920


Repost 0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 00:24

tn Toscane8treille à Assise photo Jalm, cliquez sur l'image

 

…Et la vigne qui dodeline
A l’heure des jours qui se fanent,
Ses feuilles tremblent dans la bruine
Sous le ciel d’automne en Toscane.

 

Jakez


Repost 0
Published by Janus - dans italitude
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 00:31

auteur né une année en 4 :

tn Sélène18

clair de lune de Carl Gustav Carus, cliquez sur l'image

 

Mère des Dieux, brune chasse-lumière,
Au moite sein, au carrouse tiré
De noirs chevaux, qui du pôle éthéré
Répands un Lèthe à la source sommière,

Déesse Nuit, l'antique et la première,
Que ton char brun de cent feux éclairés
Tombe plus tôt dans le flot azuré,
Brosse plus tôt ta course coutumière.

Sur ton autel dressé comme aux hauts dieux,
Sera le coq qui t'est tant odieux,
Si vitement tu hâtes ton voyage,

Durant lequel mon tourment plus s'âprit,
Loin de Madame, en me durant un âge.
A ce qu'on aime on a toujours l'esprit.

Jean GODARD (1564-1630)


Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 00:07

tn contrerime10

les alyscamps par Van Gogh, cliquez sur l"image

 

« — embrassez — moi, petite fille.
Là, bien. Quoi de nouveau ?
As-tu retrouvé le cerveau
qui manque à ta famille ?

Dis-moi, c’est vrai que le curé
est mal avec la poste ?
Et comment va chose… Lacoste,
l’ami de Poyarré ? »

je devinais, dans la pénombre,
que tu tirais tes bas.
Ton cœur d’oiseau battait tout bas :
la chambre était très sombre…

 
     Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929


Repost 0
Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 00:09

auteure née une année en 4 :

tn Olivier2

vieil olivier du domaine des collettes, cliquez sur l'image  

 

À Georges d'Esparbés.

Le firmament luit comme un cimeterre
Et les routes sont pâles comme des mortes.

Les Vents - allègres paladins -
Sont partis devers
Les mers ;
Montés sur les éthéréens chevaux
Au fier galop de leurs sonnants sabots
Ils sont partis devers
Les mers.

Une paix maléfique plane comme un oiseau
Faisant rêver de mort le plaintif olivier
Et de forfaits le figuier tenace
Dont le fruit mûr se déchire et saigne.

Les sources - comme elles sont loin !
Et les Naïades -
Où sont-elles ?

Mais voici - joie des yeux -
Près de la roche courroucée
Le petit âne gris
Mangeur de chardons.

Marie KRYSINSKA (1864-1908)
Rythmes pittoresques


Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 00:23

pour en savoir plus sur Omar cliquez sur l'image

 

C'est moi qui suis le chef des chalands habitués de la taverne ;
c'est moi qui suis plongé dans la rebellion contre la loi,
c'est moi, qui durant de longues nuits, abreuvé de vin pur,
crie à Dieu les douleurs de mon coeur ensanglanté.


  Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates

Repost 0
Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg