Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 00:57

tn contrerime8

les laveuses à Arles Paul Gauguin en 1888, cliquez sur l'image

 

mgr Pou n’aime ici-bas
que le sçavoir antique,
ses aïeux, et la politique
du journal des débats.

elle qui naquit sous le feutre
des chevaliers mandchoux,
sa femme a le cœur dans les choux :
Dieu punisse le neutre !

Mgr Pou, mauvais époux,
tu cogites sans cesse.
Pas tant de g pour la princesse :
fais-lui des petits Pous.

 

Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929


Partager cet article

Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 00:23

pour en savoir plus sur Omar cliquez sur l'image

 

Personne n'a soulevé le rideau du destin ;
personne ne détient les secrets de la Providence.
Durant soixante et douze ans j'ai réfléchi jour et nuit ;
je n'ai pourtant rien appris, et l'énigme est restée totale.


 Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates


Partager cet article

Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 00:53

 

affiche de Théophile-Alexandre Steinlen
pour en savoir plus sur le chat noir cliquez sur l'image

Je sortais d'une orgie âcre et stupéfiante
Où ma raison avait brûlé c
omme un sarment ;
Plus lourde que le plomb, l'atmosphère ambiante
Faisait craquer mes os tordus d'accablement.
La fièvre secouait les cloisons de ma tempe,
Et dans le cercle blanc et rouge de la lampe
L'horreur des visions tournait cruellement.
                
Émile Goudeau
extrait de La Ronde du remords
recueil : Fleurs du bitume, petits poèmes parisiens
Paul Ollendorff, éditeur, 1895


Partager cet article

Published by Janus - dans le chat noir
commenter cet article
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 00:22

auteur né une année en 3 :

tn Ange2

pont du château saint ange à Rome photo Jalm, cliquez sur l'image  

 

Toujours le malheureux t'appelle,
Ô nuit, favorable aux chagrins !
Viens donc, et, porte sur ton aile
L'oubli des perfides humains.
Voile ma douleur solitaire ;
Et, lorsque la main du Sommeil
Fermera ma triste paupière,
Ô dieux ! reculez mon réveil ;
Qu'à pas lents l'aurore s'avance
Pour ouvrir les portes du jour :
Importuns, gardez le silence,
Et laissez dormir mon amour.

Evariste de PARNY (1753-1814)


Partager cet article

12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 00:57

tn Clunyfarinier et abbatiale de Cluny photo Jalm, cliquez ur l'image

 

J'ai pris l'eau des morts au chevet
de l'édifice religieux.
De Rimont à Cluny, sommeillent
les pierres du pouvoir des clercs,
moissonneurs des peurs séculaires
masquant la lumière qui veille.
Sous le noyer cachant les cieux,
J'ai plongé dans un rêve inquiet.

de Jean-Luc Aotret


Partager cet article

Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 00:00

 

tn contrerime11terrasse de café à Arles par Van Gogh en 1888, cliquez sur l'image

 

Princes de la Chine.

les trois princes Pou, Lou et You,
ornement de la Chine,
voyagent. Deux vont à machine,
mais You, c’est en youyou.

Il va voir l’alboche au crin jaune
qui lui dit : " i love you. »
— elle est française ! Assure You.
Mais non, royal béjaune.

Si tu savais ce que c’est, You,
qu’une française, et tendre ;
douce à la main, douce à l’entendre :
du feu… comme un caillou.

 

  Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929


Partager cet article

Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 00:00

auteur née une année en 3 :

tn Crépuscule

jetée sur la bassin d'Arcachon photo Jalm, cliquez sur l'image  

 

... Quand sur les champs du soir la brume étend ses voiles,
Lorsque, pour mieux rêver, la Nuit au vol errant,
Sur le pâle horizon détache en soupirant
Une ceinture d'or de sa robe d'étoiles ;

Lorsque le crépuscule entr'ouvre, aux bords lointains,
Du musical éther les portes nuageuses ;
Alors, avec les vents, les âmes voyageuses
Vont chercher d'autres cieux dans leurs vols incertains.

Frédéric MONNERON (1813-1837)
A vous(extrait)


Partager cet article

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 00:14

pour en savoir plus sur Omar cliquez sur l'image  

 

Restreins tes désirs, si tu veux être heureux ;
brise les liens qui t'enchaînent au bien et au mal d'ici-bas ;
vis content ; les cieux poursuivront leur révolution,
et cette vie ne sera pas de longue durée.

 Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates


Partager cet article

Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 00:59

DSC00713 reduc

l'épouse de Gilbert Quioc, cliquez sur l'image

 

Ornée de joyaux1
L'agneau pour flambeau2
La cité* carrée3
Est illuminée4
Et déborde d'eau5

 

de Jean-Luc Aotret


*Au Moyen Âge, la Cité prend une connotation plus religieuse, avec la Cité de Dieu. Elle n'est pas qu'une association d'hommes libres : la Cité, dans son sens théorique, tire son essence dans Dieu.http://fr.wikipedia.org/wiki/Cité_(ville)

 

Temps-pestif va prendre deux semaines de vacances, Janus s"en va cette fois compter les coquilles sur le chemin de Bourgogne entre Vézelay et Cluny, merci de votre fidélité et à bientôt...

Partager cet article

Published by Janus - dans enlumimurs
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 00:33

affiche de Théophile-Alexandre Steinlen
pour en savoir plus sur le chat noir cliquez sur l'image

Calmes aux quais déserts s’endorment les bateaux.
Les besognes du jour rude sont terminées,
Et le bleu Crépuscule aux mains efféminées
Éteint le fleuve ardent qui roulait des métaux.

Les ateliers fiévreux desserrent leurs étaux,
Et, les cheveux au vent, les fillettes minées
Vers les vitrines d’or courent, illuminées,
Meurtrir leur désir pauvre aux diamants brutaux.

Sur la ville noircie, où le peuple déferle,
Le ciel, en des douceurs de turquoise et de perle,
Le ciel semble, ce soir d’automne, défaillir.

L’Heure passe comme une femme sous un voile ;
Et, dans l’ombre, mon cœur s’ouvre pour recueillir
Ce qui descend de rêve à la première étoile.

Albert Samain (1858-1900)

extrait de soirs
recueil : Au jardin de l'infante (1893) 

Partager cet article

Published by Janus - dans le chat noir
commenter cet article

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
tn 11275224-vecteur-seamless-texture-avec-des-feuilles-de-d  le tang à faire
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg