Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 20:17
La conscience

affiche de Théophile-Alexandre Steinlen
pour en savoir plus sur le chat noir cliquez sur le lien

La Conscience voit dans nous
Comme le chat dans les ténèbres.
Tous ! les obscurs et les célèbres,
L’impie et le moine à genoux,

Nous cachons en vain nos dessous
À ses regards froids et funèbres !
La Conscience voit dans nous
Comme le chat dans les ténèbres.

Tant que l’Esprit n’est pas dissous,
Et que le sang bat les vertèbres,
Elle déchiffre nos Algèbres,
Et plonge au fond de nos remous.
La Conscience voit dans nous !

Maurice Rollinat (1846-1903)

Les Névroses

Repost 0
Published by Janus - dans le chat noir
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 19:58

oliviers par Van Gogh en 1889, cliquez sur les liens

 

On descendrait, si vous l’osiez,
D’en haut de la terrasse,
Jusques au seuil, où s’embarrasse
Le pas dans les rosiers.

 

D’un martin pêcheur qui s’élance
L’éclair n’a que passé ;
Et la source, à son pleur glacé,
Alterne un noir silence.

 

L’Angelus, dans le couchant roux,
Comme un parfum s’efface.
Lilith, en détournant sa face,
A tiré les verroux.


Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 00:08
150ème roubaïate

cliquez sur le lien

Mon pauvre coeur, plein de douleur et de folie
n'a pu être affranchi de l'ivresse où l'a plongé l'amour de ma bien aimée.
Oh ! le jour où le vin de cet amour a été distribué,
ma portion a été sans doute puisée dans le sang de mon coeur !


  Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates

Temps-pestif va être en vacances au moins une quinzaine de jours, Janus s'en va découvrir l'île de beauté à l'aune de son pas, merci de votre fidélité malgré une publication de plus en plus aléatoire. A bientôt, poétiquement vôtre...

Repost 0
Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 21:51
L’eau de ces fontaines

fontaine à Logonna-Daoulas, cliquez sur le lien

Tes mains ! tes mains ! tes mains ! Qu’elles soient à jamais
Miennes. Et quand enfin les clartés incertaines
De l’aurore auront lui sur l’eau de ces fontaines
Et ces bois où s’attarde encore un vent mauvais,

Stuart Merrill
Une Voix dans la Foule : poèmes
extrait de Adagio
Mercure de France, 1909

Repost 0
Published by Janus - dans merrillades
commenter cet article
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 21:19
La brebis et le chien

brebis sur les pâtures de Ouessant,cliquez sur le lien

 

La brebis et le chien, de tous les temps amis,
Se racontaient un jour leur vie infortunée.
Ah ! Disait la brebis, je pleure et je frémis
Quand je songe aux malheurs de notre destinée.
Toi, l'esclave de l'homme, adorant des ingrats,
Toujours soumis, tendre et fidèle,
Tu reçois, pour prix de ton zèle,
Des coups et souvent le trépas.
Moi, qui tous les ans les habille,
Qui leur donne du lait, et qui fume leurs champs,
Je vois chaque matin quelqu'un de ma famille
Assassiné par ces méchants.
Leurs confrères les loups dévorent ce qui reste.
Victimes de ces inhumains,
Travailler pour eux seuls, et mourir par leurs mains,
Voilà notre destin funeste !
Il est vrai, dit le chien : mais crois-tu plus heureux
Les auteurs de notre misère ?
Va, ma soeur, il vaut encor mieux
Souffrir le mal que de le faire.

 

Jean-Pierre Claris de FLORIAN (1755-1794)

Repost 0
Published by Janus - dans né une année en 5
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 20:10
Comme un oiseau

rivage de Plouescat, cliquez sur le lien

 

Les parfums de juillet brûlent dans le silence
D’une trop vaste et trop puissante volupté.
Vers l’azur ébloui, comme un oiseau, s’élance,
En des battements fous, mon cœur ivre d’été.

 

Jean de La Ville de Mirmont (1886-1914)

L’Horizon chimérique Recueil posthume 1920

 

Repost 0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 06:44
LES LARMES DU MONDE

affiche de Théophile-Alexandre Steinlen
pour en savoir plus sur le chat noir

 

À la mémoire de mon frère Émile Rollinat.

Dans les yeux de l’Humanité
La Douleur va mirer ses charmes.
Tous nos rires, tous nos vacarmes
Sanglotent leur inanité !

En vain l’orgueil et la santé
Sont nos boucliers et nos armes,
Dans les yeux de l’Humanité
La Douleur va mirer ses charmes.

Et l’inerte Fatalité
Qui se repaît de nos alarmes,
Sourit à l’océan de larmes
Qui roule pour l'éternité
Dans les yeux de l’Humanité !

Maurice Rollinat (1846-1903)
Les Névroses

Repost 0
Published by Janus
commenter cet article
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 17:02
De la Charité

les charités de Sandro Botticelli

Que les jours sont charmants, quand les volantes nues
Étendent sur nos chefs leurs ombres continues,
Et cachant du soleil la trop grande splendeur,
Tempèrent sa lumière et domptent son ardeur !
Sans attendre du soir l'heure moins éclairée,
Je puis abandonner la demeure dorée ;
Et dans un air plus libre, un lieu moins fréquenté
Peut donner aux pensers une ample liberté.
Les fleurs de ce parterre ont leur beauté plus vive,
Ne baissant point le chef sous l'ardeur excessive.
Doux astres de la terre, éblouissantes fleurs,
Qui brillez à l'envi de diverses couleurs,
Beaux jeux de la nature, un doux zéphyr vous flatte,
Baisant de votre teint la beauté délicate,
Et vous souffrez l'amour de ces chastes zéphyrs,
Qui n'osent vous baiser qu'avecque leurs soupirs.
L'amour pour la beauté devrait être innocente,
Comme de ces doux vents l'haleine frémissante.
Ô papillons légers qui sur les fleurs errez,
D'un agréable émail comme elles bigarrés,
Autrefois humbles vers rampant dessus les herbes,
Maintenant fendant l'air de vos ailes superbes,
L'homme de votre sort doit bien être jaloux ;
Ou plutôt le chrétien doit apprendre de vous
Qu'ayant rampé longtemps dessus la terre basse,
Il doit voler au ciel sur l'aile de la grâce. [...]

 

Jean DESMARETS DE SAINT-SORLIN (1595-1676)
(Troisième promenade)

 

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 19:25
50ème contrerime

Le mas d'Arles Paul Gauguin 1888

 

J’ai vu le Diable, l’autre nuit ;
Et, dessous sa pelure,
Il n’est pas aisé de conclure
S’il faut dire : elle, ou : lui.

 

Sa gorge, — avait l’air sous la faille,
De trembler de désir :
Tel, aux mains près de le saisir,
Un bel oiseau défaille.

 

Telle, à la soif, dans Blidah bleu,
S’offre la pomme douce ;
Ou bien l’oronge, sous la mousse,
Lorsque tout bas il pleut.


— " Ah ! " dit Satan, et le silence
Frémissait à sa voix,
« Ils ne tombent pas tous, tu vois,
Les fruits de la Science " .

 

Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929

Repost 0
Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 21:10
149ème roubaïate

pour en savoir plus cliquez sur Omar

 

Oublie le jour qui te quitte ;
ne t'inquiète pas de celui de demain, qui n'est pas encore venu ;
ne te repose pas sur ce qui est ou sur ce qui n'est plus ;
vis un instant heureux et me jette pas ainsi ta vie au vent.


  Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates

Repost 0
Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg