Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 01:00
 Passe, rêve et souris...

Marie Dauguet 

 

 

 

Passe, rêve et souris, surtout nulle pensée !

 

Evite le secret qui dort au banc de mousse,

 

Les pieds nus dans la source où son ombre s'émousse,

 

Evite le secret qui parle à ta pensée.

 

 

 

Sois l'instinct fleurissant l'âme errante du loup.

 

Vogue et rôde et mélange au chalumeau discord

 

Du vent si bucoliquement faux, ton accord.

 

Sous les ronciers déserts, cherche l'âme du loup.

 

 

 

***

 

 

 

Garde-toi de palper les murailles du cloître,

 

N'essaie pas d'ouvrir les portes verrouillées,

 

Mais, pour mieux oublier, jette ces clefs rouillées,

 

Jette avec ta douleur ces clefs au puits du cloître.

 

 

 

Reste l'inconscient, pèlerin pauvre et nu,

 

Dont les rustiques doigts brûlent des manuscrits,

 

Et, pour n'en pas pleurer, ignore tous les cris

 

Qu'ont poussés tant de coeurs brisés vers l'Inconnu.

 

 

 

Sois le désir sans aile et l'espalier sans vigne 

 

Sois un peu de néant que le néant épie,

 

S'écoulant à travers la nature assoupie,

 

Sois cet hôte sans lendemain qui se résigne

 

 

 

A n'être qu'un néant que le néant épie.

 

 

 

 

Repost 0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 00:31
Sangliers et dix-cors

près de l'église de Dun-les-Places sur le chemin d'Assise photo Jalm, cliquez sur les liens

 

A Paul Verlaine

 

Au fond de la forêt glapit la mâle meute :
J’entends par heurts d’horreur haleter l’hallali,
Et c’est là-bas, là-bas, comme un émoi d’émeute.

 

Demain, ayant occis sangliers et dix-cors,
Les dames reviendront au trot des haquenées
Dans la gloire des fers, des cuivres et des ors.

 

Stuart Merrill
La douleur de la Princesse
in les gammes éd. Vanier 1887

Repost 0
Published by Janus - dans merrillades
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 01:00
Haïku du jour de l'an - 3 -

" Quatre vingt dix printemps

elle remet en ordre

son kimono de l'An Neuf "

Suzuki Masajo(1906-2003)

HaÏkus des cinq saisons  Alain Kervern

Editions Géorama

 

Repost 0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 00:11
Le silence

affiche de Théophile-Alexandre Steinlen pour en savoir plus sur le chat noir cliquez sur le lien

 

À Mademoiselle A. H.
 
Le silence est l’âme des choses
Qui veulent garder leur secret.
Il s’en va quand le jour paraît,
Et revient dans les couchants roses.

 

Il guérit des longues névroses,
De la rancune et du regret.
Le silence est l’âme des choses
Qui veulent garder leur secret.

 

À tous les parterres de roses
Il préfère un coin de forêt
Où la lune au rayon discret
Frémit dans les arbres moroses :
Le silence est l’âme des choses.


Maurice Rollinat (1846-1903)

Les Névroses

Repost 0
Published by Janus - dans le chat noir
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 00:43
Nous sommes trente voyageurs

forêt dans la vallée de l'Areuse canton de Neuchâtel photo Jalm, cliquez sur les liens


A nous les bois et leurs mystères,
Qui pour nous n'ont plus de secrets !
A nous le fleuve aux ondes claires
Où se reflète la forêt,
A nous l'existence sauvage
Pleine d'attraits et de douleurs !
A nous les sapins dont l'ombrage,
Nous rafraîchit dans nos labeurs.
Dans la forêt et sur la cage
Nous sommes trente voyageurs.

 

Bravant la foudre et les tempêtes
Avec leur aspect solennel,
Qu'ils sont beaux ces pins dont les têtes
Semblent les colonnes du ciel !
Lorsque privés de leur feuillage
Ils tombent sous nos coups vainqueurs,
On dirait que dans le nuage
L'esprit des bois verse des pleurs.
Dans la forêt et sur la cage
Nous sommes trente voyageurs.
(...)

 

Octave CRÉMAZIE (1827-1879)
extrait de Le Chant des voyageurs

 

Repost 0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 01:00
La vie

Hélène Picard

 

Je crus à la fierté d'un certain déshonneur,

Aux ferveurs du vermouth, aux rêves des lanternes,

A ce rouge as d'amour, à ce riche as de coeur

Beau comme l'incendie, l'échafaud, les casernes..

 

J'ai chéri les printemps peints sur les murs des bars,

Entre les miroirs purs et le bruit des fontaines,

Aimé, par les soirs doux, humectés de brouillard,

L'absinthe au fifre vert qui secourait Verlaine.

(...)

Je crus, vraiment, à l'héroïsme des bastringues,

Aux batailles d'azur des punchs et des ballons,

A la séduction foraine des meringues,

Aux acides amours, frais comme des citrons.

(...)

J'étais fière d'avoir pris l'infâme défroque

Afin de t'étonner, ô mon mauvais garçon,

Et d'avoir surpassé la bravade équivoque

Qui luit de ton oeil jaune à ta jeune chanson.

(...)

Crois tu ? Quel romanesque ! Et j'étais si sincère...

J'ai cru que c'était vrai, bien vrai, toi, moi et nous,

Les hottes de lilas au dos de la misère,

Les astres du manège au fond des yeux jaloux..

(...)

Il pleut. Ma porte est close, et .. Madame est servie !

Que tu es loin ! Je peux ne jamais te revoir.

J'entends les pas des bons bourgeois, sur le trottoir.

Une Ombre sans éclat me dit " je suis la Vie.."

 

D'humbles, de tristes voix crient les journaux du soir.

 

 

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 01:00
Haïku du jour de l'an - 2 -

 

"Nouvel An

la neige a tout effacé

même sur mon agenda."

 

Chantal Couliou

livret d'exposition "Vers la Cinquième Saison" Haikouest 

Repost 0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 00:09
66ème contrerime

Le mas d'Arles Paul Gauguin 1888, cliquez sur les liens

 

Sur l’océan couleur de fer
Pleurait un chœur immense
Et ces longs cris dont la démence
Semble percer l’enfer.

 

Et puis la mort, et le silence
Montant comme un mur noir.
… Parfois au loin se laissait voir
Un feu qui se balance.

 

Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929

Repost 0
Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 00:05
Notre feu

Jeune paysanne faisant du feu, gelée blanche (1887-89) de Camille PISSARRO, cliquez sur les liens


Non, non, je m'en dédis, je suis tien, ma maîtresse,
Je suis tien, je le suis et le serai toujours.
Jusqu'à ce que la mort aura borné mes jours,
Et même après la mort, si l'amour ne nous laisse.

 

J'ai mille fois juré, fâché de ta rudesse,
De couper le chemin à mes longues amours :
Mais toujours mon désir ressort tout au rebours,
Et tant que je te fuis, tant plus l'amour m'oppresse.

 

Ô serments d'amoureux ! Ô que vous êtes vains !
Et vous petits courroux et vous petits dédains
Vous semblez aux soufflets dont un feu se rallume,

 

Ayant sa flamme éteint: car ainsi peu à peu
Vous tuez d'un soufflet la flamme à notre feu,
Afin que dans nos coeurs plus ardent il s'allume.

 

Pierre de BRACH (1547-1605)

Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 01:05
Les séparés

Marceline Desbordes-Valmore

 

N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre.
Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau.
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau.
N'écris pas !

N'écris pas. N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu'à Dieu... qu'à toi, si je t'aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,
C'est entendre le ciel sans y monter jamais.
N'écris pas !

N'écris pas. Je te crains ; j'ai peur de ma mémoire ;
Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent.
Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire.
Une chère écriture est un portrait vivant.
N'écris pas !

N'écris pas ces doux mots que je n'ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon coeur ;
Que je les vois brûler à travers ton sourire ;
Il semble qu'un baiser les empreint sur mon coeur.
N'écris pas !

Repost 0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg