Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 00:36

tn AdlerRêves, 1896 Vittorio Matteo Corcos (1859-1933) Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna, cliquez sur l'image

 
Poème à ma mère qui n’a pas vu son 88ème printemps. Laure Adler a intitulé l’un de ses livres « Les femmes qui lisent sont dangereuses ». Ma mère était-elle dangereuse ?

 
Notre mère lisait
Bien avant l’école et jusqu’au dernier jour

Notre mère lisait
Sachant que dans les livres on découvre l’univers
Qu’au détour d’un poème
Le cœur des hommes saigne

Notre mère lisait
Sachant qu’un alphabet peut changer l’horizon
Que les mots alignés
Sont source de liberté

Notre mère  lisait
Sachant qu’au creux des pages il n’existe de frontières
Que les femmes d’ici
Sont sœurs de Karachi

Notre mère  lisait
Sachant qu’au fil des mots on apprend à marcher

Notre mère lisait
La douleur et l’amour
Les cris des femmes – toujours –
Le feu des viles guerres
Les pleurs des affamés
Le noir d’encre du monde

Et pour nous ses enfants
Notre mère nous a lu

Les aurores boréales
Les douceurs d’arc-en-ciel
Les bleus changeant du ciel
L’eau vive des rivières
Les fleurs d’orangeraie

Notre mère nous a  lu
Les chemins de traverse

Et les étoiles au loin qui nous font espérer

Yvette Aroca-Lehre


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Yvette, je l'avais entendu ce jour là mais en relisant, je ressens un troublant sentiment pour celle qui t'a ouvert les yeux sur le monde des livres.


Quel bel hommage tu lui a fais!


Garde précieusement ce texte qui restera le lien qui t'unit à ta mère à jamais!


Je t'embrasse bien fort!


Marylène
Répondre
D

Tu sais chère Yvette combien j'aime ton écriture, nature, dépouillée, allant à l'essentiel, authentique


Ils sont beaux et forts tes mots qui disent la lecture et les livres, les femmes et LA femme qu'elle fut ...


Ta mère a su enrichir sa vie en lisant


Te lire toi Yvette est une vraie émotion


je t'embrasse
Répondre
Y

chers amis


Jean Luc est à l'initiative de cette publication, .. et je l'en remercie


Comme je vous remercie tous de votre bienveillance, de tous vos messages, de votre présence 


comment dire aurevoir à une maman ? bien impossible dans le fond.. mais leur rendre hommage 


et la vie ,qu'elles nous ont offert, doit continuer. 


à bientôt les amis
Répondre
D

Quand les poètes ont du chagrin, ils écrivent un poème.


Merci Yvette de nous avoir partagé ton chagrin.


Je suis de tout coeur avec toi,


Bien amicalement.


Dông Phong



Répondre
J

Merci très chère Yvette, merci très cher Jean-Luc, pour ce  moment d'intense recueillement.


 "Notre mère lisait", est à mon avis,  l'un des plus beaux hommages posthumes, l'un des plus beaux textes oraisons,  jamais écrit. Il est absolument bouleversant.


Grand courage à toi, notre si chère Yvette.


Salutations à toutes et tous,


Jakez
Répondre

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg