Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 00:16
70ème contrerime

paysage d'Arles par Paul Gauguin en 1888, cliquez sur les liens

 

La vie est plus vaine une image
Que l’ombre sur le mur.
Pourtant l’hiéroglyphe obscur
Qu’y trace ton passage

 

M’enchante, et ton rire pareil
Au vif éclat des armes ;
Et jusqu’à ces menteuses larmes
Qui miraient le soleil.

 

Mourir non plus n’est ombre vaine.
La nuit, quand tu as peur,
N’écoute pas battre ton cœur :
C’est une étrange peine.

 

 

Paul-Jean Toulet
Les Contrerimes : poèmes
Édition Émile-Paul frères, 1929

Partager cet article

Repost 0
Published by Janus - dans contrerimes
commenter cet article

commentaires

Jacques Premel-Cabic 05/04/2017 15:15

Toulet dans toute sa splendeur. Un poème où l'ombre est miraculeusement lumineuse.

Salutations à toutes et tous,

Jakez

Marylene 05/04/2017 11:21

Magnifique chute dans ce poème bien écrit.
Marylène

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg