Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 01:00
Haïku - printemps toujours

 

 

Fleur à fleur le papillon

paraît applaudir

l'air léger du jour

 

 

Thierry Poucet

recueil " haïku tôt tiré " éditions du copinage

 

je n'ai pas trouvé de lien à mettre pour Thierry Poucet, si l'un de vous en trouve , merci de me le communiquer par mail

Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 06:43
169ème roubaïate

pour en savoir plus cliquez sur Omar

 

Ce que je demande c'est un flacon de vin de rubis,
une oeuvre de poésie, un instant de répit dans la vie et la moitié d'un pain.
Si avec cela je pouvais, ami, demeurer près de toi dans quelque lieu en ruine,
ce serait un bonheur préférable à celui d'un sultan dans son royaume.

 

Omar Khayyam (1046-1131) les roubaïates

Repost 0
Published by Janus - dans roubaïates
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 00:07
Ile -4

Vents tempétueux

ressacs assourdissants

 

Une opacité soudaine t'étreint

 

enserre un chant

chimérique

 

Une mâture se brise

un vide s'engendre

une île implose.

 

 

Patrick Thuillier

Recueil " Sieck île intérieure " 

Repost 0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 06:50
Le Plantage

canaux d'Amsterdam en mai, photo Jalm, cliquez sur les liens

 

Aux branches du Plantage
l'oiseau de Robinson
rappelle le voyage
auquel a rêvé Jammes
dans le mai d'Amsterdam
jusque sur les trottoirs
c'est des déportations
qu'il sera fait mémoire
le reflet de Saskia
hante encore aujourd'hui
l'eau-forte des canaux
embarqués par Nemo
nous devinons les nuits
d'un port des Pays-Bas

 

de Jean-Luc Aotret

10/05/2017

Repost 0
Published by Janus - dans temps-pestif
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 00:30
Au trébuché

 

 

Au trébuché

Vacille  son visage                 

Absence

Reste une voix entoilée

 

Suis tombée à genoux

Dans ses mots

Comme l’on prie

Toucher à bras le cœur 

L’insoutenable bonheur 

D’un essentiel

Lumineux

 

 

Eve de Laudec

 

Repost 0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:00
Haïku - printemps

Dans le champ de colza

les moineaux font mine

de contempler les fleurs

 

 

 

Matsuo Bashô

Anthologie du poème court japonais - Poésie / Gallimard 

 

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 01:00
Ile Tudy - photo d'Yvette 2016

Ile Tudy - photo d'Yvette 2016

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Au dessus de l'île on voit des oiseaux

Tout autour de l'île il y a de l'eau

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Qu'est ce que c'est que ces hurlements ?

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

C'est la meute des honnêtes gens

Qui fait la chasse à l'enfant

 

Il avait dit J'en ai assez de la maison de redressement

Et les gardiens à coups de clefs lui avaient brisé les dents

Et puis ils l'avaient laissé étendu sur le ciment

 

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Maintenant il s'est sauvé

Et comme une bête traquée

Il galope dans la nuit

Et tous galopent derrière lui

Les gendarmes les touristes les rentiers les artistes

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

C'est la meute des honnêtes gens 

Qui fait la chasse à l'enfant

Pour chasser l'enfant pas besoin de permis

Tous les braves gens s'y sont mis

Qu'est ce qui nage dans la nuit

Quels sont ces éclairs ces bruits

C'est l'enfant qui s'enfuit

On tire sur lui à coups de fusils

 

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Tous ces messieurs sur le rivage

Sont bredouilles et vert de rage

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

 

Rejoindras-tu le continent rejoindras-tu le continent

 

Au dessus de l'île on voit des oiseaux

Tout autour de l'île il y a de l'eau.

 

Jacques Prévert

Paroles   -  Folio

 

 

 

Repost 0
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 00:10
Crépuscule
 

Marie NOËL

Recueil : "Chants d’arrière-saison"

L’heure viendra… l’heure vient… elle est venue
Où je serai l’étrangère en ma maison,
Où j’aurai sous le front une ombre inconnue
Qui cache ma raison aux autres raisons.

Ils diront que j’ai perdu ma lumière
Parce que je vois ce que nul œil n’atteint :
La lueur d’avant mon aube la première
Et d’après mon soir le dernier qui s’éteint.

Ils diront que j’ai perdu ma présence
Parce qu’attentive aux présages épars
Qui m’appellent de derrière ma naissance
J’entends s’ouvrir les demeures d’autre part.

Ils diront que ma bouche devient folle
Et que les mots n’y savent plus ce qu’ils font
Parce qu’au bord du jour pâle, mes paroles
Sortent d’un silence insolite et profond.

Ils diront que je retombe au bas âge
Qui n’a pas encore appris la vérité
Des ans clairs et leur sagesse de passage,
Parce que je retourne à l’Éternité.

Repost 0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 01:00
Haiku - printemps

Sur l'image sainte

elle lâche une fiente -

l'hirondelle !

 

 

 

Yosa Buson

Anthologie du poème court japonais . Poésie/Gallimard

Repost 0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 01:00
photo d'Yvette

photo d'Yvette

Derrière de blanches cotonnades,

le noir des veuves ouessantines

perce le jour.

A contre-courant,

le cliquetis des aiguilles

implore

le retour des amours disparus.

 

Chantal Couliou

Recueil " Aux creux des îles" édition SOC & FOC

 

Repost 0

L'univers d'An Amzer

 

d'un clic sur l'image

le site
et son temporamètre
les jeux poétiques
  l'hobamage
tn Pont21le trouvère d'an amzer
trois lignes
Athénala feuille du temps
tn_FDT-1.jpg
l'édition de recueils
les publications bizarres
tn versblancdelailes partenaires
tn Radioévasionpages et blogs anamzeriens
tn_JPBoulic.jpg